Colombie : attentats contre les installations électriques et conséquences pour les citoyens

Electricity cables in Colombia
Cables électriques à Baranquilla, Colombie. Photo de Lucho Molina sur Flickr (CC BY-NC 2.0)

Ces derniers mois ont connu une augmentation des attentats contre les installations énergétiques colombiennes par les FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) et l’ELN (Armée de Libération Nationale). Même si ces attentats ont des conséquences sur la vie des colombiens, la plupart du temps elles sont intégrées aux discussions sur le problème majeur du terrorisme. Cependant, quelques blogueurs colombiens donnent un éclairage différent.

Alejando Gaviria décrit [es] la situation déprimante des attentats jusqu’à fin août 2012 :

Le problème est sérieux. Beaucoup plus que ce que l’on dit. Tumaco est resté sans électricité pendant deux semaines. Plusieurs villes du département d’Auraca ont connu la même situation pendant quelques jours. Une ligne électrique qui reliait la Colombie centrale à la côte des Caraïbes a été dynamitée cette semaine. En août quinze tours ont été démolies. Et sept autres ont été gravement endommagées. Depuis le début de l’année, on totalise 60 attentats contre les installations électriques. En 2010 on en a compté 24; et en 2011, 58.

Dans un billet [es] du mois d’août, Jorge Monroy critique l’ancien Ministre des Finances Juan Carlos Echeverry qui prétend [es] que les attentats des FARC n’ont pas d’impact sur l’économie :

Chaque fois que les FARC font des opérations de commandos, détruisent un pylône électrique ou font exploser un oléoduc, ils réduisent le potentiel de production de toute la Colombie, en réduisant le PNB (Produit National Brut) potentiel. Ce que veut dire le ministre est grave, car si les attentats ont lieu à l’extérieur de Bogotà, le PNB potentiel baisse plus que proportionnellement au PNB réel, ce qui signifie que, selon cette méthode de mesure, les chiffres du PNB qu’il présente sont encore plus significatifs.

Tumaco, une ville minière de la côte du Pacifique, au sud-ouest de la Colombie, près de l’Equateur, a été l’un des endroits les plus touchés. La ville est restée dans l’obscurité pendant deux semaines au mois d’août et a également connu une réduction de son approvisionnement en eau. Des mines terrestres autour des pylônes ont tué trois personnes [es] entrain de faire des réparations, dont un citoyen de la tribu des Awá. Une autre mine terrestre, posée près d’un pylône mais aussi d’une école, a tué un jeune garçon Awá de 17 ans [es].

Mundo Noticias résume [es] la situation et certaines des mesures prises ou envisagées par les autorités:

L’administration locale ainsi que les forces de sécurité prévoient d’instituer un couvre-feu à Tumaco dans les heures qui viennent […] Les gens doivent faire face à une situation dramatique et inquiétante car les denrées essentielles commencent à devenir rares. De plus, les chauffeurs de bus refusent d’aller en ville à cause des troubles qui règnent dans la région. |…] Les écoles privées et publiques ont décidé de suspendre les cours jusqu’au rétablissement de l’ordre. 56 000 élèves ont été mis en vacances [forcées].

Le 18 août 1012, près de 2000 personnes ont manifesté [es] pour dire leur refus du terrorisme. La situation stratégique de Tumaco et l’insécurité qui y règne en ont fait la cible des guérillas, des paramilitaires et des bandes criminelles (“Bacrim”) impliqués dans le trafic de drogue. Un Sénateur de gauche a demandé [es] au gouvernement de renforcer la sécurité policière dans la région.

Bien que parfois brièvement mentionnées par les médias, ces attaques ne font pas la une et ne sont pas l’objet d’une couverture approfondie. Les blogueurs en parlent à peine, si ce n’est pour les répertorier sur la liste des actes criminels commis par des groupes violents. Gaviria a prétendu que l’augmentation des attaques pouvait s’apparenter à des rumeurs au moment des négociations entre le gouvernement colombien et les FARC, qui avaient “l’objectif caché d’obtenir un avantage stratégique”. Les rumeurs ont été confirmées quelques jours plus tard. Ces attaques montrent combien l’Etat colombien, qui prétend [es] qu’elles sont la preuve de “la faiblesse” des groupes de la guérilla, est loin d’assurer une présence sérieuse dans les zones les plus reculées du pays où les groupes criminels armés continuent de prospérer, malgré quelques efforts [es].


For further information on the topic, please view the following publications from our partners:

Colombians Cautiously Optimistic About Peace Talks with FARC

Las fuerzas militares en la búsqueda de la paz con las FARC

Improving Security Policy in Colombia


For more information on issues and events that shape our world please visit the ISN’s Security Watch and Editorial Plan.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.